Mode de garde: Structure accueil collectif

Il existe différentes structures pouvant répondre à vos besoins : les crèches, les halte-garderies, les structures multi accueil ou les jardins d’enfants.

Tous ces établissements sont soumis au respect d’une réglementation et font l’objet d’un avis ou d’une autorisation de fonctionnement délivrée par le président du Conseil départemental. Des professionnels de la petite enfance assurent l’accueil des enfants. Les locaux respectent des normes de sécurité et sont aménagés de façon à favoriser leur éveil. Selon les équipements, les enfants peuvent être accueillis de façon régulière ou occasionnelle jusqu’à leur entrée à l’école maternelle, voire jusqu’à l’âge de 6 ans. Ces structures sont gérées par une collectivité territoriale (commune, département …), ou un gestionnaire privé (associations, entreprises, caisse d'Allocations familiales …).

Accueil collectif

Les établissements d’accueil collectif regroupent diverses catégories d’établissements qui ont en commun d’être spécialement conçus pour recevoir collectivement, les enfants jusqu’à leur entrée à l’école maternelle, voire jusqu’à l’âge de six ans en dehors du temps scolaire.

Ils sont plus connus sous le nom de crèches collectives, crèches d’entreprises, halte-garderies, structures multi accueil, micro-crèches...

Le gestionnaire de ces lieux d'accueil collectif peut être une collectivité territoriale (commune, communauté de communes, conseil général), un centre communal ou intercommunal d’action sociale, une association, une mutuelle, une entreprise, etc.

L’ouverture de ces établissements est subordonnée à un avis ou une autorisation de fonctionnement délivrés par le Président du conseil départemental après avis des services de protection maternelle et infantile (Pmi). La prise en charge des enfants est assurée par une équipe pluridisciplinaire comprenant obligatoirement : un directeur (puéricultrice, médecin, éducateur de jeunes enfants) et des professionnels de la petite enfance directement impliqués dans la vie quotidienne de l’enfant (soins, repas, activités, bien être), à raison d’une personne pour cinq enfants qui ne marchent pas et d’une pour huit enfants qui marchent. D’autres professionnels (psychologues, psychomotriciens, intervenants culturel, etc.) peuvent intervenir dans cette équipe sur des temps réduits et selon le bon vouloir de la Direction de l'établissement.

Les locaux respectent les normes de sécurité exigées pour les établissements recevant du public et sont aménagés de façon à favoriser l’éveil des enfants.

Dans la majorité des établissements, les enfants peuvent être accueillis de façon régulière et/ou occasionnelle. La CAF participe au financement de la quasi-totalité des établissements d’accueil collectif en versant au gestionnaire une aide destinée à couvrir une partie des frais de fonctionnement. En contrepartie de ce financement, le gestionnaire s’engage à calculer votre participation financière à partir d’un barème tenant compte de vos ressources et de la composition de votre famille. Ce barème (établi par la CAF) est le même sur l’ensemble du territoire métropolitain.

Accueil parental

Il s’agit d’établissements d’accueil collectif gérés par une association de parents. Leur ouverture est subordonnée à une autorisation délivrée par le Président du conseil départemental après avis des services de protection maternelle et infantile (Pmi).

La prise en charge des enfants est assurée par une équipe pluridisciplinaire comprenant : un directeur (puéricultrice, médecin ou un éducateur de jeunes enfants) et des professionnels de la petite enfance directement impliqués dans la vie quotidienne de l’enfant (soins, repas, activités, bien être), à raison d’une personne pour cinq enfants qui ne marchent pas et d’une pour huit enfants qui marchent. D’autres professionnels (psychologues, psychomotriciens, intervenants culturels, etc.) peuvent intervenir dans cette équipe sur des temps réduits.

La particularité des crèches parentales c'est qu'elles privilégient, au sein d’un petit groupe, l’éveil de l’enfant tout en favorisant l’implication des parents lesquels, à la différence d’une structure collective "classique", participent parfois à l’accueil des enfants. Les modalités de cette participation sont différentes d’un établissement à l’autre.

Dans la majorité des établissements, les enfants peuvent être accueillis de façon régulière et/ou occasionnelle. Le nombre d’enfants accueilli est limité à vingt (sous réserve d'une dérogation, le chiffre peut être porté à vingt cinq). A l'identique des crèches publiques, la CAF participe au financement des crèches parentales en versant au gestionnaire une aide destinée à couvrir une partie des frais de fonctionnement. En contrepartie de ce financement de la CAF, le gestionnaire s’engage à calculer la participation financière des parents à partir d’un barème tenant compte de vos ressources et de la composition de votre famille. Ce barème (établi par la CAF) est le même sur l’ensemble du territoire métropolitain.

Accueil familial

La crèche familiale, également appelée « service d’accueil familial » emploie des assistantes maternelles agréées qui accueillent à leur domicile de un à quatre enfants généralement âgés de moins de quatre ans. L’ouverture de ces établissements est subordonnée à un avis ou une autorisation de fonctionnement délivrés par le Président du conseil départemental après avis des services de protection maternelle et infantile (Pmi).

Le gestionnaire peut être une collectivité territoriale (commune, communauté de communes, conseil général), un centre communal ou intercommunal d’action sociale, une association, une mutuelle, une entreprise, etc.

La crèche familiale est placée sous la direction d’une puéricultrice, d’un médecin ou d’une éducatrice de jeunes enfants. Les assistantes maternelles font l’objet d’un encadrement et d’un accompagnement professionnel assuré par le personnel de la crèche. Une ou deux fois par semaine, les assistantes maternelles de la crèche familiale et les enfants se retrouvent dans les locaux de la crèche. Des temps de regroupement collectif favorisant la socialisation et l’éveil des enfants sont proposés. L'assistante maternelle est rémunérée par le gestionnaire de la crèche et donc, vous n'avez pas besoin de gérer les salaires de l'assistante maternelle agréée. La CAF participe au financement des crèches familiales en versant au gestionnaire une aide destinée à couvrir une partie des frais de fonctionnement. En contrepartie de ce financement, le gestionnaire s’engage à calculer la participation financière desparents à partir d’un barème tenant compte de vos ressources et de la composition de votre famille. Si la crèche est gérée par une association ou une entreprise, le gestionnaire peut aussi opter pour un financement reposant sur le complément de libre choix du mode de garde (Cmg) dans le cadre de la prestation d'accueil du jeune enfant (Paje). Dans ce cas, l’aide de la caisse d’Allocations familiales vous est alors versée directement et votre participation financière est calculée selon des modalités propres à chaque gestionnaire.

Jardins d'enfants

Il s’agit de structures d’éveil réservées aux enfants âgés de deux à six ans. Leur ouverture est subordonnée à un avis ou une autorisation de fonctionnement délivrés par le Président du conseil départemental après avis des services de protection maternelle et infantile (Pmi).

Les jardins d’enfants sont sous la responsabilité d’éducateurs de jeunes enfants qui proposent des activités spécifiques favorisant l’éveil des enfants. Ils offrent un accueil régulier avec une amplitude d’ouverture correspondant aux horaires pratiqués par l’école maternelle ou à ceux d’une crèche collective.

Avantages :
– L’enfant est en collectivité, ce qui aide à sa socialisation.
– Tout est inclus dans le tarif (nourriture, couches…).
– La sécurité : les enfants ne sont jamais seuls.
– L’hygiène est irréprochable et l’enfant est entouré de professionnels de la petite enfance, ainsi que du personnel médical
– Le prix : c’est un des moyens de garde les plus économiques.
– Les repas sont souvent de très bonne qualité.
– Pas de contrat, ni feuille de paie, pas de galère administrative.
– Activités d’éveil et présence de nombreux jouets.
Inconvénients :
– L’enfant, en collectivité, est plus sujet à être malade.
– Si l’enfant est malade, il n’est pas accepté.
– Les horaires sont stricts : on ne peut pas arriver en retard. La plupart des crèches ferment à 18h30.
– C’est un moyen de garde bruyant (car il y a beaucoup d’enfants) et cela peut être fatiguant pour certains enfants.
– Il est très difficile d’obtenir une place en crèche.
– Si l’enfant ne mange pas, les auxiliaires n’ont pas le droit d’insister.

- L'enfant est très souvent livré à lui même. Contrairement à une assistante maternelle qui est limitée en nombre d'enfants ce type de garde ressemble de très près à ce que votre enfant vivra en maternelle.

 

anne heyser sur