Comment réagir au NON d'un enfant

2 Ans, l'âge ou l'enfant rentre dans la phase d'opposition appelée également période du "Non".
Après avoir acquit la marche, la propreté, les premiers mots il est temps pour lui de faire valoir ses droit.

Son arme : LE NON !

Pourquoi l'enfant se met en opposition avec vous ?

Dès l'arrivée des 18 mois, l'enfant marche et part à la découverte d'un nouveau monde et d'une indépendance. Forcément il touche à tout ce qui est à sa portée et c'est pour vous le moment de lui dire et lui faire comprendre ce que signifie le mot "NON".
En parallèle, en devenant plus indépendant, l'enfant va aussi vous faire part de ses envies, de ses désirs et de ses mécontentements. Il n'hésitera pas à vous faire comprendre qu'il veut faire des choses tout seul, de s'énerver et faire de petites voire de grosses colères et vous dire Non.
Cette phase du Non est décisive pour l'enfant. Le "Non" de l'enfant est une façon de vous dire "Je suis et j'existe"

Face à ce comportement, il est important de ne pas se formaliser par ces oppositions, bien au contraire laissez exprimer la colère de votre enfant, son désaccord car en même temps c'est le laisser grandir.

Ceci étant, il faut par contre savoir le cadrer et lui imposer les limites, user de toute votre psychologie pour dfaire au mieux

Comment vivre cette période du Non pour lui et pour vous ?

Pour vous il est imortant de rester calme mais ferme. Prenez de la distance et ne rentrez pas dans son jeu. Dites vous vous que cela fait partie de son éducation et surtout que c'est lui rendre service pour l'avenir.

Pour  l'enfant, laissez le s'exprimer par ses Non. Soyez patients et ne vous fâchez pas, d'autant plus que l'enfant dit Non pour au final faire Oui.

Jouer au plus fort avec un enfant n'a aucun intérêt. Chercher à lui montrer que vous êtes le plus fort, c'est lui montrer le mauvais exemple et contrer ses pulsions qui le poussent à devenir plus autonome, ce n'est pas ce que vous souhaitez lui faire passer comme message.
Trop "casser" ou "écraser" son caractère pourrait développer une estime de lui-même plutôt faible. En vous obéissant et en renonçant à son "Non", c'est un peu pour l'enfant comme renier son identité et rester le bébé pour vous faire plaisir ET ne pas lui permettre d'être lui même ! A postériori, si vous laissez faire votre enfant et ne lui imposez pas de limites, l'enfant pourrait avoir une très grande estime de lui-même, à ce point qu'il devienne un «enfant roi» .

Ainsi, afin de garantir sa sécurité tant physique que psychique, des limites devront toujours être posées à l'enfant car vous restez le parent qui l'éduque et le protège dans un cadre rassurant. L'enfant doit comprendre qu'il peut s'affirmer et être aimé malgré les limites existantes; c'est la vie.
 

Quelques petites astuces face au "Non" et la colère de l'enfant

  • Ne le prenez pas par surprise, prévenez votre enfant à l'avance qu'un changement va bientôt arriver
  • Détournez son attention, changez de conversation ou faites rire l'enfant tout en poursuivant votre but initial
  • Ne crie pas plus fort que lui quand il hurle ou quand il est en danger. Expliquez lui votre décision et imposez fermement votre volonté
  • Lors d'une colère de l'enfant, confirmez lui que vous avez bien entendu son désaccord mais qu'il est différent de votre choix
  • Faites en sorte que vos "Non" soient de vrais "Non" et que vos "Oui" soient de vrais "Oui", ne revenez pas sur un "Non" que vous aurez exprimé
  • Il va vous faire craquer, vous n'en pouvez plus! Pas de panique, prévenez l'enfant que votre seuil de tolérance est atteint et isolez le dans sa chambre pour un petit moment.
 

anne heyser sur